On parle de vitesse et mouvement avec Tony Noël

On parle de vitesse et mouvement avec Tony Noël

J’ai demandé à Tony Noël équipé de la marque « Nikon et Fujifilm » et connu sur la toile sous le nom de Tony Noël « Hatboy » de nous parler de sa spécialité « la vitesse et le mouvement ».

L’interview de Tony Noël

 Tony Noël logo hatboytony noel

 

Salut Tony Noël et merci de m’accorder cette interview qui va permettre d’aider pas mal de monde grâce à ta spécialité 🙂

Qui es-tu ?

Yep, donc Tony Noël, 23 ans et Lyonnais avant tout ;). J’ai démarré la photo activement l’année dernière en affectionnant tout ce qui tourne autour du mouvement. J’ai commencé par le sport, mais j’ai fini par axer essentiellement mes photos dans l’univers de la danse. Dans la danse tout est une question de mouvement. C’est là qu’on peut trouver les plus beaux gestes et surtout les plus improbables!

Quels sont tes appareils photo ?

Actuellement je tourne au Nikon D750, Nikon D5 et Fujifilm X-T2 et je viens d’acquérir le nouveau Nikon D850 (un bijou).

Nikon D750 Tony noel hatboy
Nikon D750
Tony noel hatboy Nikon D5
Nikon D5
fujifilm xt2 tony noel Hatboy
Fujifilm X-T2
Nikon D850 tony noel Hatboy
Nikon D850

Pourquoi as-tu choisi la marque Nikon et Fujifilm ?

J’ai acheté mon premier reflex en juin 2016 (Nikon D750), en fait j’ai un pote qui m’avait fait essayer ce boîtier car je connaissais pas du tout l’univers du reflex lol. En bonne amateur, je faisais des photos avec mon petit Sony A6000 qui reste quand même encore aujourd’hui  un très bon boîtier APS-C moyen de gamme. Désirant rester chez Sony et passer sur une gamme FULL FRAME (les fameux Sony A7) je m’y suis résigné car trop chère! Surtout le parc optique… Je suis passé brièvement sur le Sony A77 II mais il n’a pas fait long feu, je l’ai revendu au bout de 3 mois.

J’ai pu essayer au même moment le Nikon D750 que j’ai adopté assez rapidement! je suis  passé du viseur électronique au viseur optique (j’ai tout fait à l’envers ahah).

Pour Fujifilm, j’ai découvert ce fameux boîtier hybride à sa sortie grâce à la boutique Central Photo Lyon – Camara (là où je me fournis en matos et conseils que je recommande bien évidemment!) un boîtier que je ne regrette pas du tout tant en terme de taille et surtout les caractéristiques qui en font un appareil photo redoutable qui me fait oublier que c’est un APS-C…

Où as-tu trouvé tes conseils pour t’orienter chez eux ?

Central Photo Lyon – Camara, une petite boutique située 22 rue d’Algérie dans le 1er (Place des terreaux).  Revendeur Agréé Profoto à Lyon, c’est comme ça que j’ai atterri dans le magasin en tant que client à la recherche de conseils et de matériels. Bruno & Chrystelle se feront une joie de vous conseiller. Encore aujourd’hui ils m’aident à avancer dans le monde de la photographie.

Quand as-tu démarrer la photographie ?

J’ai toujours fait de la photo et j’ai commencé a l’ère du numérique en tant que bon touriste en faisant des photos de vacances et ou de la famille. J’ai toujours été passionné par la vitesse et les mouvements figés, mais le déclic je l’ai eu l’année dernière en me disant bon aller c’est maintenant ou jamais!

Et je vais être honnête avec toi, il y a 2 ans l’ouverture et compagnie je savais même pas ce que c’était! En tant que bon autodidacte j’ai appris à utiliser et tâter les boutons au feeling lol. J’ai eu pas mal de boulot pour rattraper mes lacunes !! Encore aujourd’hui je découvre des nouveaux trucs aha!

Que proposes-tu sur le web ?

Mes compositions de streets urbains et parfois dans des lieux insolites tels que le musée des beaux-arts de Lyon ou le Mac de Lyon.  Je post essentiellement sur Instagram, la meilleure plateforme pour moi qui a pu me booster dans ce milieu que sont les réseaux sociaux. il y a un peu plus d’un an je n’avais que 500 abonnés sur mon compte qui en compte désormais plus de 11K. La meilleure façon de se mettre en avant (si ton travail plaît cela va de soi lol).

J’ai pu faire la connaissance d’igersLyon et découvrir le réseau Onlylyon par exemple. Mais ma meilleure rencontre cette même année, c’est la marque Sigma avec qui je collabore aujourd’hui et qui m’ont mis en avant le mois dernier au salon de la photo à Paris.

 

 

Comment en es-tu arrivé à te spécialiser dans ce style ?

J’ai déjà une culture assez street et hip-hop de base et dans mon entourage je connaissais déjà quelques danseurs. On m’a proposé d’aller faire quelques photos pour le fun des danseurs de hip-hop à  l’Opéra de Lyon. Mes photos ont très rapidement tourné et c’est allé très vite, une personne en présente une autre et j’ai pu rencontrer rapidement des danseuses du conservatoire ce qui a pu me faire découvrir également l’univers de la danse classique et contemporaine. J’ai pu découvrir par la même occasion le travail de photographes tel que Little Shao ou Omar Robles (des références dans ce milieu)

Le parvis de l’Opéra de Lyon (la base de tout bon breaker qui se respecte et surtout a vu naitre des danseurs connus aujourd’hui dans le monde entier. Le Pockemon Crew , dont faisait partie Lilou un des pères fondateurs, aujourd’hui membre de la Team All star RedBull BcOne et du collectif  Street Off (Culture, Voyage et Partage autour de l’univers HipHop) dont je fais partie à présent en tant que photographe Officiel.

 

 

Quel est ton parc optique ?

NIKON

 

FUJIFILM

 

Tu es équipé de matériel de shooting, que proposes- tu pour démarrer les mouvements comme tu le fais ?

Un boitier d’entrée de gamme suffit largement pour débuter. La focale compte beaucoup. Je conseillerai un 50 mm, parfait pour avoir un bon flou d’arrière-plan et ainsi détacher les sujets. (logique on va dire ! Mais après les erreurs on en fait tous et c’est comme ça qu’on avance! Et j’en ai fait pas mal avant d’aboutir sur des compos correctes).

Le OneShot est la meilleure façon de travailler les réflexes.

 

 

Pour la lumière artificielle

Je Possède 2 Profoto B2 et une torche autonome B1 et récemment le nouveau Profoto A1. Ces flashs haut de gamme ont la spécificité de fonctionner en synchro haute vitesse (pour pouvoir figer correctement toutes les parties du corps ou même les cheveux).

Évidement ça a son prix!… J’ai commencé avec des flashs petits cobras de la marque Yongnuo (ça coûte rien et ça marche) et même à 1/250 synchro flash on peut faire des trucs sympas.

 

Y’a-t-il une heure spéciale pour faire du bon boulot comme celui que tu fais ? Pour que la personne ne soit pas fatiguée, ou même si la lumière naturelle doit être suffisante ?

Je regarde pas vraiment le temps lol, j’essaye de m’adapter. Après c’est vrai que shooter en basse lumière requiert un certain mates mais bon, comme on dit ce n’est pas l’appareil qui fait le photographe mais j’avoue que dans certaines conditions, il faut un minimum d’outils.

 

Comment entré en contact avec des danseurs et des danseuses, avoir un accès au musée  ou dans des lieux privé etc.?

Il n’y a pas de secret : Demander c’est gratuit 😉

Pour les modèles une fois que tu en as pris un et que les photos plaisent, le bouche-à-oreille va très très vite. Les breakers sont à l’opéra, ils ne mordent pas, il faut juste demander (comme je dis c’est gratuit!) . Et puis les réseaux sociaux sont un très bon moyen pour rencontrer et poster des annonces.

La danse classique, qui est pour moi le plus difficile à photographier… Prendre une danseuse tout le monde peut le faire, mais prendre une danseuse en 4e avec un pied bien cassé et l’autre bien en dehors c’est autre chose… j’ai appris de mes erreurs et j’ai fait de la lecture photo et classique durant toute l’année pour être légitime dans ce type de photographie.

Et je n’ai pas fini, on ne devient pas chorégraphe du jour au lendemain ahah!

Je finirai sur cela, on a tous notre façon de lire le mouvement. La créativité c’est à l’appréciation de chacun c’est pour cela qu’il ne faut pas hésiter à partager et montrer son travail (en restant quand même réaliste sur ce qu’on fait). Ne pas être susceptible à la critique permet aussi d’avancer rapidement.

le double tranchant des réseaux sociaux avec les avis non objectifs et aussi attention aux danseurs qui vont avoir un avis très critique sur ta photo (ou pas).

Et enfin, il faut avant tout être  passionné et intéressé 😉

 

 

À quelle ouverture et vitesse tu te mets le plus souvent pour figer le mouvement ?

Je shoot souvent entre 1.4 et 4. en vitesse tout dépend des mouvements 😉 on va dire de 1/250 à 1/8000 ahah.

Comment Tony Noël met à l’aise et dirige ses modèles ?

Si tu es sociable ça le fait rapide, après toujours s’adapter au modèle car ils n’ont pas tous le même niveau et surtout ils ne sont peut être pas aussi sociable que toi lol. Ne pas hésiter à le solliciter pour des idées car pour moi une photo c’est 50/50. Un cerveau c’est bien, deux c’est mieux!

Enfin toujours montrer les photos aux modèles pour valider (cela va de soi).

Moi si un modèle n’aime pas j’efface systématiquement et inversement.

Si tu n’es pas danseur de base tu as juste la la technique photo qui va faire que la compo est top mais tu n’auras pas cet œil technique en danse qui va faire que ta photo est ratée, malgré que tout le reste est parfait.

 

 

Quel lieu préfères-tu, en intérieur, à l’extérieur ?

Ça dépend, je m’adapte. Je repère jamais les lieux pour un shooting, j’improvise sur le tas avec le modèle et je reviens après s’il faut. c’est plus sympa et ça fait marché ta créativité 🙂

 

 

Quel est ton objectif préféré ?

Mon Sigma 85mm F1.4 ART !

Quelle est ta boutique préférée de photo, en magasin et sur internet ?

Central Photo Lyon – Camara – 22 Rue D’Algérie 69001 Lyon 🙂

Question bonus Tony Noël :

Quel est ton SAC photo Tony Noël ?

j’ai un Lowepro StreetLine BP 250 gris que j’utilise à 80% de mon temps car il est passe-partout. Et aussi 2 Peak Design, un Everyday Sling (gris clair) en monobride 10L et un Everyday BackPack 30L (gris clair).

Lowepro StreetLine BP 250 gris tony noel hatboy
Lowepro StreetLine BP 250 gris
peak design sling ash tony noel hatboy
Peak Design sling couleur ASH
peak design backpack 30l
Peak Design Backpack 30L couleur ASH
tony noel
De gauche à droite : Guegorr, Tony Noël, Lilou, Brahim Zaibat

Retrouvez Tony Noël sur sa page Facebook, son Instagram et son site internet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.