On parle de l’Afghan box avec Clément Marion

On parle de l’Afghan box avec Clément Marion

J’ai découvert par hasard sur Instagram, le mini-studio argentique mobile appelé « Afghan box » de Clément Marion. J’ai trouvé l’idée géniale, j’ai aussitôt demandé à Clément si une interview dans la catégorie « Le Bon Coin Photos » sur le blog l’intéresserait. Il m’a aussitôt répondu positivement.

Connu sur Instagram sous le nom de @analogapertures, Clément nous parle de son Afghan box et de son petit studio argentique mobile.

Hello Clément et merci de m’accorder cette interview au sujet de cette Afghan box. Qui es-tu ? Que fais-tu dans la vie ?

Hello ! Je m’appelle Clément Marion, je suis actuellement en année sabbatique, entre ma deuxième et troisième années à L’ETPA de Toulouse, c’est une école de photographie. Je profite du temps que j’ai actuellement pour travailler afin de payer ma troisième année et je pour produire dans mon labo.

photographe entrain de prendre une photo avec l'afghan box
Photo de ©Nino Cathala Flores

Comment t’es-tu pris de passion pour la photographie ?

Il me semble que ça remonte aux vacances scolaires, juste avant l’entrée au collège. Mon père avait offert un petit Coolpix à ma sœur. Je pense que je l’ai utilisé plus qu’elle haha ! J’ai eu par la suite un petit Olympus compact, en seconde je me suis payé la moitié d’un Canon SX 40 HS et en fin terminale, un Canon 70D. C’est toujours celui que j’ai actuellement.

photo de l'appareil photo canon 70d
Canon 70D
Acheter le Canon 70D au meilleur prix

As-tu toujours été dans le domaine de la photographie argentique ou qu’en est-il du numérique te concernant ?

Après mon BTS, lors de mon entrée à l’école de l’ETPA, j’ai découvert l’argentique. J’utilisais le matériel de l’école, mais j’ai très vite compris que j’avais besoin de me monter mon propre laboratoire, parce qu’il n’était plus question de revenir au numérique. Je n’ai pas investi dans du numérique, parce que ne l’utilise plus que pour les commandes, et ce n’est pas dans cette branche de  la photographie que j’ai envie de me développer. Actuellement, je perfectionne mon art et mon style uniquement via l’argentique.

photographie d'un appareil photo argentique
Photo de ©Nino Cathala Flores

Qu’est-ce que l’Afghan box et comment cela fonctionne ?

L’afghan box est une boite hermétique à la lumière, à laquelle est fixé un objectif. La prise de vue s’effectue en deux étapes.
Je dois d’abord faire la mise au point, en bougeant la plaque de focalisation à l’intérieur, qui est aussi le support pour le papier. Puis je laisse entrer la lumière en ouvrant le capuchon de l’objectif (le capuchon joue le rôle d’obturateur). Par la suite, je dois développer le papier dans les bacs de chimie, pour sortir un négatif.
Je le laisse sécher, et je fais un tirage contact de ce négatif, pour pouvoir garder la pièce unique négative, et donner la version positive à la personne photographiée. Toutes les manipulations se font dans la boite dans le noir grâce à un manchon. Je n’ouvre l’afghan box que lorsque les feuilles de papier sont passées dans le dernier bain du fixateur. l’Afghan-Box est en quelque sorte le principe de fonctionnement d’une chambre photographique et d’une chambre noire couplée en un seul bloc.

schéma sur le fonctionnement d'un appareil photo
Camera Obscura schéma
Vidéo : Afghan box comment ça marche ?
photographe prenant une photo avec l'afghan box recouvert d'un tissus sur la tête pour ne pas faire rentrer de lumière dans l'afghan box
Photo de ©Nino Cathala Flores
tirage photo afghan box dans la rue
Photo de ©Nino Cathala Flores

Quelles sont les réglages utilisés pour faire les photos avec ton afghan box ?

J’utilise un Rodenstock 135mm d’agrandisseur comme objectifs. J’ai donc une focale fixe de 135mm. qui me permet de couvrir du 10 x 15 cm, et il ouvre en 5.6-32 et les temps de pose varient entre 1 et 4 secondes, si les conditions lumineuses sont un peu plus compliquées.

Objectif photo Rodenstock 135mm

D’où t’es venu cette idée d’avoir ce studio argentique mobile ?

J’ai découvert l’afghan box sur une page Facebook. J’adorai le principe, qui, en soit, n’est pas très compliqué à construire. Je ne suis pas particulièrement habile de mes mains, et je n’ai pas vraiment de connaissance en menuiserie, mais j’avais du temps. Alors je me suis lancé dans le projet d’en construire une. Le tout était d’être patient, et minutieux.

Photo de ©Nino Cathala Flores

Combien de temps t’a pris la réalisation du projet, des plans, jusqu’aux premiers tests ?

Environ deux mois et demi. J’ai beaucoup pensé théoriquement les plans avant de me lancer dans la construction, histoire d’être aussi juste que possible. Tout, à l’intérieur est calculé pour coïncider au centimètre près. Alors j’ai passé presque deux mois sur les calculs des dimensions des pièces, une ou deux heures par jour, et puis finalement deux trois semaines sur la réalisation, de manière intensive, souvent dès le matin au réveil, jusqu’au soir. J’ai également perdu beaucoup de temps sur les temps de séchage de la peinture et du vernis, pour chacune des pièces. Je n’avais pas de matériel, et je n’ai eu de scie électrique seulement qu’à quelques jours de la fin ! Ahah ! J’ai dépensé presque 300€ de bois, peinture, quincaillerie, verre et papier, pour la construction. Et je suis très content d’avoir mené à bout le projet, de A à Z.

Comment cela se passe quand tu photographies une personne, tu lui tires directement sa photo ?

La boite fonctionne grâce aux mécanismes d’un labo argentique et d’une chambre photographique combinés. La boite est fermée hermétiquement à la lumière, et j’accède à l’intérieur grâce à un manchon situé sur le côté. C’est par cet endroit que je fais tous les réglages et les manipulations, à l’aveugle. J’utilise du papier Ilford 10 x 15cm et des chimies classiques de révélateur et fixateur argentique. Je dois d’abord capturer et développer une première photographie qui sera le négatif, puis procéder à un tirage contact, encore une fois dans la boite, pour inverser les valeurs de blanc et de noir, et récupérer la photographie positive, encore une fois développée dans les bacs de chimie pour la donner au modèle. Je garde quant à moi, le négatif, grâce auquel je peux avoir autant de positif que nécessaire, ou que je peux scanner pour faire des séries et/ou agrandissements.

on parle afghan box
Photo de ©Nino Cathala Flores
Photo de ©Nino Cathala Flores
Photo de ©Nino Cathala Flores

Quel est le type de papier utilisé pour faire les tirages ?

Il s’agit du papier Ilford RC multigrade 10 x 15 cm.


Papier Photo Ilfort Multigrade IV RC Brillant 1M 10 x 15 cm 100 feuilles
Acheter le papier photo Ilford au meilleur prix

Combien de temps faut-il pour faire un tirage photo ?

Si je ne parle pas trop je peux faire ça en 10 minutes haha ! Mais en vérité, les gens sont souvent curieux d’en savoir plus sur le principe de fonctionnement, et alors que je me fais une joie de leur expliquer, le temps file et je passe bien souvent plus d’une demi-heure avec les modèles !

Photo de ©Nino Cathala Flores

Merci à Clément Marion pour la présentation de son travail et de l’Afghan box.

Retrouvez le travail de Clément Marion sur son Instagram: https://www.instagram.com/analogapertures/
Vous pouvez aussi retrouver l’auteur des photos sur son Instagram :
https://www.instagram.com/j.solal/

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être informé dès qu'un nouvel article est publié et recevez en bonus gratuitement, le guide photo que j'ai créé de 31 pages !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.