On parle  photo  avec Jacques Croizer 

On parle  photo  avec Jacques Croizer

J’ai demandé à Jacques Croizer, connu sur la toile sous le pseudonyme de Jak Ez, de nous parler de photo et de son parcours…

L’interview de Jacques Croizer

Bonjour Jacques, et merci de m’accorder cette interview.

Qui es-tu ?

Bonjour Damien, Merci a toi de m’accueillir sur ton blog. Qui suis-je ? Un amateur passionné qui a commencé la photo lorsqu’il était étudiant, du temps de l’argentique, et qui continue de shooter aussi souvent qu’il le peut !

Quelle activité as-tu dans la vie ? 

J’exerce à Lyon une activité de conseil dans le domaine des sciences de la donnée. Cette vocation de conseiller se retrouve dans la déclinaison de mon quotidien photographique : j’ai publié de nombreux tutoriels, principalement sur le site Nikon Passion, et j’ai également écrit deux livres.

avis jacques croizer interview
© Jacques Croizer

Avec quel appareil photo photographies-tu ?

Je travaille principalement avec un Nikon D750, reflex plein format, mais j’ai également toujours sur moi un compact expert Canon PowerShot G7 X qui me permet de ne rater aucune occasion.

Peux-tu nous décrire ton parcours ?

Je n’ai jamais pensé en termes de parcours. Je reste un photographe amateur touche à tout, ce qui n’a rien de péjoratif : j’ai tout simplement envie de ramener de belles images, que je sois en voyage, dans une fête de famille ou avec des amis, dans une salle de spectacle ou devant un parterre de fleurs, etc. C’est finalement assez exigeant de maîtriser son appareil dans toutes ces circonstances, avec des lumières très différentes.

Quel est ton parc d’optiques ? 

Je possède les classiques 24-70 mm et 70-200 mm f/2.8 qui couvrent quasiment tous mes besoins. En voyage, je remplace le 70-200 mm lourd et encombrant par un 70-300 moins lumineux mais plus facile à transporter. J’utilise également un 50 mm f/1.8, léger et très lumineux. Pour la macro, mon objectif fétiche reste le 105 mm Nikon, mais j’ai également en réserve quelques vieux objectifs en monture M42 : ils permettent d’obtenir en proxi des ambiances particulières avec des bokehs très texturés.

jacques croizer auteur avis
© Jacques Croizer

Quel est ton objectif préféré ? 

Je n’ai pas d’objectif préféré. L’important, c’est d’avoir le bon objectif au bon moment. En spectacle, je pars avec mon 70-200, mais aussi parfois avec mon 50 mm F1.8 lorsque la salle est intimiste. Pour les photos de nature, c’est le 105 mm Nikon qui l’emporte. Et si je ne sais pas trop ce que je vais faire, je prends tout le sac !

Quel est ta spécialité en photo ?

En parodiant Jean Schweitzer, un photographe et ami qui a eu la gentillesse d’écrire un dossier dans mon dernier livre, je répondrai : « On me demande souvent de quoi suis-je photographe. Je réfléchis, je balbutie … je ne trouve pas. Tout simplement, je ne sais pas. Je ne peux alors que répondre : photographe de tout, même s’il existe bien évidemment quantité de choses que je ne saurai ou ne pourrai jamais photographier. »

Être très pointu dans une discipline permet de réaliser des photos incomparables mais pour ma part, j’ai envie de plus de diversité. Aborder plusieurs techniques, même superficiellement, peut également se révéler très enrichissant. As-tu déjà pensé qu’un portrait n’est qu’un paysage un peu particulier, que les règles de la perspective s’y appliquent comme lorsqu’on fait de la photo d‘architecture ?

Comment en es-tu arrivé à faire de la photo ?

Lorsque je suis venu faire mes études à Lyon, mon père m’a cédé son vieil appareil télémétrique. Dans le milieu étudiant, le noir et blanc était le format roi car beaucoup moins cher que la couleur : on pouvait tout faire soit même de bout en bout. Je me suis inscrit dans un club photo pour apprendre le développement et le tirage. Tu me croiras si tu le veux, mais ce que j’ai appris à cette époque me sert toujours lorsque je passe une photo en noir et blanc sur mon ordinateur. Les calques numériques ont remplacé les masques en carton.

jacques croizer interview
© Jacques Croizer

Que pourrais-tu conseiller à quelqu’un qui veut faire de la photo mais qui ne sait pas quoi faire pour commencer ?

Je lui dirais de faire plus attention à l’objectif qu’il achète qu’au boitier. Tous les boitiers sont bons aujourd’hui, mais un cul de bouteille monté sur un excellent boitier ne donnera jamais de meilleurs résultats qu’un bon objectif associé à un boitier d’entrée de gamme. Je lui dirais ensuite de rester lui-même, de faire les photos qu’il a envie de faire, tout en demeurant ouvert à la critique.

Comme dit précédemment, tu as écrit des livres publiés aux éditions DUNOD.

Peux-tu nous en parler ?

J’ai écrit un premier livre fin 2013 (tous photographes – 55 leçons) qui a très bien marché et a été rapidement épuisé. Dunod l’a réédité après que j’ai ajouté 3 nouvelles leçons.  Il continue de bien marcher. Comme son titre l’indique, il développe un parcours d’apprentissage de la photographie : réglages / prise de vue / post-traitement. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la photographie d’aujourd’hui !

Tous photographes ! Jacques Croizer Disponible sur Amazon en cliquant sur le livre
jacques croizer livre
Tous photographes sur le terrain ! Jacques Croizer Disponible sur Amazon en cliquant sur le livre.

Le second livre (tous photographes – sur le terrain) me ressemble plus. Libéré de la contrainte de trouver un éditeur, je m’y suis amusé. L’idée est ici d’apprendre la photo de manière moins scolaire en abordant des thèmes très variés, qu’ils soient classiques comme le paysage, le portrait, … ou plus exotiques comme la constitution d’une série, photographier la la voie lactée, un spectacle, un feu d’artifice… Le lecteur voyage entre ces domaines et apprend la technique presque sans s’en apercevoir. C’est un livre gourmand dans lequel j’ai invité neuf photographes plus spécialisés que moi, chacun dans un domaine différent, à dévoiler leurs secrets : les paysages d’Elise, les macros de Florence, les portraits de Gilles, les façades d’Eric, etc…

Qui est concerné par ces livres ?

L’approche est différente. « Tous photographes – 58 leçons » est une grammaire de la photographie. Le parcours est progressif. Il aide les débutants à se débarrasser rapidement du mode tout automatique afin de réaliser des images à la mesure de leurs envies. Dans une seconde lecture, ils trouveront des éléments plus pointus qui leur permettront encore de progresser. Le livre s’adresse donc également aux photographes qui veulent perfectionner leur technique.

« Sur le terrain » est plus un recueil de belles histoires. On y fait des rencontres tout en apprenant presque par inadvertance tout ce que doit aujourd’hui savoir un photographe. Les techniques se croisent, les styles se rencontrent. J’ai également beaucoup mis l’accent sur le fait que nos appareils sont désormais beaucoup plus intelligents qu’on ne le croit, ce qui permet de passer plus de temps sur le terrain en réduisant celui accordé à l’ordinateur, quitte à utiliser parfois des filtres (polarisant, gris neutre, …)

As-tu un projet à venir dans la photo ? Une exposition ? Un nouveau livre ?

Pas de nouveau livre en vue : j’ai pour l’instant dit tout ce que j’avais à dire, mais le monde de la photo évolue rapidement. Nul n’est à l’abri que je reprenne un jour la plume. Je ne suis pas un photographe qui expose. Je suis trop généraliste pour être intéressant. Je préfère par ailleurs aller voir les photos des autres que de faire le planton devant mes propres images. Mes objectifs sont moins ambitieux : je termine actuellement une série assez importante, plus de 20 photos entièrement réalisées à Lyon, dans le vieux Saint Jean. J’y ai adopté un style très pictural, entre peinture et bande dessinée. Tu sais que je suis un grand amateur de flou, ça te donne une idée du résultat ! Et ben non, c’est encore autre chose 😊 Il faudra encore un peu de patience avant de voir le résultat.

© Jacques Croizer

Question bonus : quelle marque utilises-tu pour t’équiper, transporter et ranger ton matos ?

J’ai un vieux sac Lowepro, d’un modèle qui n’existe plus. C’est la preuve que c’est du solide car il a pas mal bourlingué. Un boitier devient rapidement obsolète. Il ne faut donc pas trop y investir. Par contre, un bon objectif, un bon sac, un bon trépied peuvent faire un bon bout de chemin avec vous. Il faut bien les choisir.

Retrouvez Jacques Croizer sur sa page Facebook son Instagram et son site internet.

Inscrivez-vous à ma newsletter pour être informé dès qu'un nouvel article est publié et recevez en bonus gratuitement, le guide photo que j'ai créé de 31 pages !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.