Mon expérience pour photographier le mime !

Mon expérience pour photographier le mime !

J’ai rencontré un artiste de mime dans le quartier du Vieux Lyon. J’ai trouvé ça très beau. Alors je l’ai photographié puis j’ai fait la connaissance de l’artiste. Cet artiste s’appelle Lucas Petracci. Rapidement en échangeant la conversation, il me dit qu’il se produit dans des salles de spectacle. Je me dis qu’il peut être intéressant d’essayer de photographier le mime.

Je lui ai dit que je fais de la photo et que je suis sur Instagram et il me dit lui aussi. Alors il m’a envoyé une invitation pour venir voir son spectacle en échange de lui faire quelques photos. Au début cela ne m’intéressait pas trop car je n’avais pas vraiment envie de photographier cela comme un reportage photo, je pensais que ça ne me donnerait pas de place à la créativité. Mais finalement je me suis prêté au jeu et me suis dis que ça pourrait me permettre de m’entraîner dans un autre domaine. Alors sur le terrain j’ai pris plaisir à faire ces photos. L’intérêt de cet article est de vous parler de mon expérience dans ce domaine, comment j’ai géré cela, ce qui vous permettra de tirer des conseils suivant votre expérience photographique.

photographier le mime

Se préparer à photographier le mime

Au départ, je prends contact avec les lieux. Je me dis qu’il faut quelques photos de l’ensemble de la scène obligatoirement pour situer l’artiste. J’observe et je regarde ou je pourrais me placer. Je regarde où est susceptible d’arriver l’artiste, à quelle place je peux me placer pour choisir un angle de photographie. Pour cela un conseil ne pas arriver en retard impérativement. La salle n’est pas très grande non plus. Je ne connais pas le mime, je ne sais pas vraiment comment se déroule le spectacle, j’ai été voir quelques vidéos sur Youtube de Marcel Marceau pour voir comment se passe le spectacle de mime, mais photographier le mime ce n’est pas vraiment comme le sport où connaître les règles est un vrai plus. Le spectacle est comme un concert. Les jeux de lumière sont à maîtriser. Un coup c’est très lumineux et un coup très sombre. Un appareil photo capable de gérer une bonne dynamique est un vrai plus. Si vous voulez en savoir plus sur la dynamique en photo c’est ici. Il ne suffit pas d’avoir un très bon appareil photo, il faut aussi pouvoir communiquer avec lui dans le même langage.

Lucas Pettracci argentin spectacle mime
Spectacle Lucas Petracci photographier le mime (Photo avec le Canon 16-35 mm F4L) ©Dapacari

Pendant le spectacle de mime

La principale difficulté que j’ai rencontrée pour photographier le mime est la gestion de la lumière. Ce n’est pas le manque de lumière, car les lumières sont changeantes et je suis équipé d’un Canon 6D qui gère bien la montée en ISO. Le problème à géré, c’est donc les jeux de lumière, un coup c’est très lumineux et un coup très sombre. Il faut donc s’adapter très vite.

Je suis aller photographier le mime avec mes 3 objectifs Canon. Le Canon 16 35 F4L, le Canon 50 mm F1.8 et le Canon 85 mm F1.8. Je n’ai utilisé que le Canon 16-35 mm F4L et le Canon 85 mm F1.8.

16 35 canon
Canon 16 35 F4L
50mm f1.8 CANON
Canon 50MM F1.8
avis Canon 85mm F1.8
Canon 85mm F1.8

Dans une salle sombre, il faut toujours avoir des objectifs lumineux. Au moins à ouverture F2.8, car cela permet de sortir des photos très propres (pas trop bruitées). Parce qu’il faut que la lumière ait le temps de s’imprimer sur votre image. Si votre objectif n’est pas lumineux, il va falloir réduire la vitesse et donc comme l’artiste bouge, il y a un risque de ne pas l’avoir tout net. Tout dépend de votre intention photographique.

Si vous avez un objectif qui ouvre moins, comme ici mon Canon 16-35 F4L mais que votre appareil photo gère bien les ISO c’est tout aussi bien. Il faut le bon combo !

Le Canon 85 mm F1.8 est mon tout dernier achat d’objectif. Je l’ai acheté en remplacement de du Canon 24 105 mm F4L que je n’utilisais plus beaucoup. Liser l’article ici.

Le Canon 85 mm F1.8 est formidable. Il est tout à fait adapté à ce genre de spectacle. Il faut retenir tout de même qu’avec ce genre d’objectif, le cadrage est assez serré. Le fait d’être très proche de la scène, retenez peut-être que vous ne pourrez pas bouger comme vous voulez. Cela peut-être vite contraignant selon ce que vous voulez faire. Mais pour ma part je l’ai trouvé top !

Je n’ai même pas utilisé le Canon 50 mm F1.8. Je l’ai pris au cas où car c’est un très bon objectif et en plus il est vraiment à petit prix!

Il est toujours bon de l’avoir sur soi, au cas où avec le Canon 85 mm F1.8 le cadrage serait trop serré mais finalement non, c’est très bien ! Entre le Canon 85 mm F1.8 et le Canon 50 mm F1.8 STM, j’ai donc préféré mon dernier achat, le Canon 85 mm F1.8 🙂

Donc finalement j’ai switché seulement entre les 2 objectifs. Le Canon 85 mm F1.8 et le Canon 16-35 mm F4L. Ce qui est déjà très bien. Voici des exemples des photos que j’ai faits du spectacle de Lucas Petracci.

photographier le mime
Spectacle Lucas Petracci photographier le mime (Photo avec le Canon 85mm F1.8) ©Dapacari

 

photographier le mime
Spectacle Lucas Petracci photographier le mime (Photo avec le Canon 85mm F1.8) ©Dapacari

 

photographier le mime
Spectacle Lucas Petracci photographier le mime (Photo avec le Canon 85mm F1.8) ©Dapacari

 

photographier le mime
Spectacle Lucas Petracci photographier le mime (Photo avec le Canon 85mm F1.8) ©Dapacari

photographier le mime
Spectacle Lucas Petracci photographier le mime (Photo avec le Canon 85mm F1.8) ©Dapacari

Je vous montre donc un exemple de photo, il est évident que je n’ai pas pris que ces photos. J’en ai pris pratiquement 300 pour au final n’en garder que 161 photos. Certaines sont meilleures que d’autres. Avec le jeu de lumière, on arrive très vite avec des photos où les blancs sont cramés (photo avec des zones sans détail c’est-à-dire des détails tout blanc).

Conclusion

Photographier le mime est une bonne expérience enrichissante. C’est comme photographier pendant un concert, chanteur, musique… Il est important de savoir ce qu’on photographie, de connaître la discipline. Pour photographier le mime je pense que tout est dans l’expression du corps et du visage. C’est une première expérience dans ce domaine, qui ne peut être que du positif ne serait-ce au moins pour apprendre à gérer la lumière.

La salle étant complètement sombre, j’ai souhaité par moment intégrés le public au cadre. Mais comme le public est dans le noir, il y a donc un décalage entre d’un côté une dynamique très sombre et de l’autre côté l’artiste avec une dynamique très claire.

Il faut essayer d’avoir le juste milieu, par moments ce sera impossible en fonction de la quantité de lumière mais par moments il y a possibilité d’avoir une moyenne. Il faut faire des choix entre une photo claire ou sombre. Mais ici l’intérêt est d’inclure le public dans la photo étant donné que c’est une salle de concert, il n’est pas nécessaire que le public soit parfaitement éclairé. Le fait de l’avoir sur l’image on comprend que c’est le public, il ne faut donc pas qu’il soit parfaitement éclairé contrairement à l’artiste. Alors privilégier l’exposition de l’artiste quand même. Pas besoin de reconnaître Tonton Michel dans le public non plus, l’intérêt est de voir qu’il y a un public devant l’artiste pour situer l’artiste sur scène, voilà ce que je voulais montrer. J’ai fait un article également sur la plage dynamique en photo pour comprendre cela.

L’important est de pratiquer la photo ! Chaque opportunité est bonne à prendre en photo, cela permet de s’améliorer grâce à chaque nouvelle expérience à saisir.

Abonnez-vous à ma newsletter et recevez gratuitement le guide pour démarrer la photographie et les 10 conseils !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.